Le représentant spécial du secrétaire général des Nations unies au Congo, Alan Doss : « Nous attirons l’attention des autorités sur la nécessité d’éviter un usage excessif de la force qui risque d’aggraver la situation. De son côté, le BDK doit éviter de diffuser des messages xénophobes et s’abstenir de toute violence. La Monuc a déjà déployé des unités additionnelles sur le terrain et continue de surveiller la situation de près. La Monuc enquêtera sur les allégations des violations des Droits de l'Homme qui ont pu être commises au cours des récents évènements au Bas Congo. Je profite de cette occasion pour solliciter la coopération de toutes les autorités concernées et le BDK pour le bon déroulement de l'enquête. Une mission de l’Onu est déjà sur le terrain pour évaluer les besoins humanitaires de la population affectée ».