KakongoKinshasa, RD Congo - Le chef spirituel du mouvement politico-religieux Bundu dia Kongo (BDK), le député Ne Muanda Nsemi a rencontré mercredi le président de l'Assemblée nationale, Vital Kamerhe, pour évoquer la situation au Bas-Congo, où les sanctuaires de sa sectes sont l'objet de destruction publique.

"Nous avons toujours cherché la paix. Une paix qui n'est pas liée à la terre, mais à la sagesse de tout un peuple", a déclaré Ne Mwanda Nsemi, qualifiant d'"horrible" la destruction des sanctuaires du BDK au Bas-Congo.

Le président de l'Assemblée nationale, rappelle-t-on, avait adressé lundi, dans son discours d'ouverture de la session parlementaire, "une vigoureuse" mise en garde au député Ne Mwanda Nsemi, accusé d'être à la base de la révolte des adeptes du BDK qui a fait plus d'une centaine de morts dans la province du Bas-Congo.

Le député Ne Kongo qui était accompagné dans cette audience d'un autre député du Bas-Congo, Jean-Claude Vuemba, proche de son mouvement, accuse de son côté, les forces de l'ordre d'opérer des massacres sur les adeptes de BDK dont la principale revendication demeure l'autonomie de la nation Kongo qui comprend les Bakongo de la RDC, de l'Angola, du Congo/Brazzaville et du Gabon.