pr

Aucun compte rendu n’a filtré de la réunion conjointe conseil des ministres et conseil de sécurité présidée lundi par le chef de l’Etat. Le porte -parole du gouvernement provincial du Bas-congo, Dieudonné Pambu Ntima, a laissé entendre que Joseph Kabila aimerait voir s’appliquer la décision d’interdiction des activités du Bundu dia Kongo (BDK), mais aussi la mise en route rapide des actions sociales décidées en faveur de la province du Bas congo. Ces actions concernent notamment l’adduction d’eau et d’électricité ainsi que la réfection de certaines routes principales.

Le chef de l’Etat a également reçu les notables, les confessions religieux et les milieux d affaires, Nkuti ya Longo, s’exprimant au nom des notables du Bas Congo, affirme qu’ils ont parlé avec le chef de l’Etat sur le retour rapide de la paix dans le Bas Congo. Ces notables affirment avoir condamné les méthodes utilisées par le mouvement politico-religieux BDK. Néanmoins, ils estiment que le dialogue ne doit pas être rompu avec ce groupe.

Pour Dieudonné Pambu Ntima, porte-parole du gouvernement provincial du Bas Congo, il n y a plus de dialogue entre l’exécutif provincial et le BDK, car ce dernier n’existe pas juridiquement. Les milieux d’affaires souhaitent que l’Etat prenne ses dispositions pour que la sécurité et la paix règnent pour favoriser la circulation des biens et des services. Ils ont aussi plaidé pour une réduction de certaines taxes qui pèsent selon eux sur leurs affaires.