MilitaireUne dizaine d’officiers FDLR ont répondu présents à cette séance de sensibilisation. Ils ont déclaré avoir à leur disposition toute une brigade basée à Nyabiondo.
Lors de cette rencontre avec l’équipe mixte de sensibilisation, Assemblée provinciale du Nord-Kivu, PIO/ DDRRR de la Monuc et le délégué de la Banque mondiale, la mission a fait deux propositions aux combattants hutus rwandais. La première est que ces combattants retournent volontairement dans leur pays (le Rwanda). La deuxième : que ceux qui voudront rester au Congo, introduisent une demande de statut de réfugié.

Pour le commandant de cette brigade FDLR de Nyabiondo, qui a requis l’anonymat, il faudra au préalable que le gouvernement rwandais mette fin à la discrimination sociale qui est exercée contre les Hutus.
Ce colonel FDLR se dit favorable au retour. Mais il insiste notamment sur la nécessité d’un dialogue avec le gouvernement rwandais : « Je demande au gouvernement rwandais d’établir un dialogue avec ses opposants afin que tout le monde se retrouve dans son pays natal »
Ndiaga Diagne, chef d’équipe de la section DDRRR de la Monuc, rassure que plus de 15 000 hutus rwandais sont déjà rapatriés au Rwanda depuis le début de programme de rapatriement en 2001 et que la communauté internationale assure le suivi de leur sécurité sur place.

Il est prévu une prochaine séance de sensibilisation avec projection de films portant sur les témoignages de ceux qui sont déjà rentrés et intégrés dans la vie au Rwanda.

Source : Radio/okapi