matadi

Le rapport de la commission de l’Assemblée provinciale présenté à la plénière mercredi ne confirme ni n’infirme la présence des fosses communes entre les villages de Lungavasa et Manterne. Cette commission de l’assemblée provinciale était chargée de vérifier l’existence ou non de fosses communes en ce lieu.

En effet, d’après l’honorable Paku Mapangula, président de la commission, son équipe est descendue sur terrain la première fois ensemble accompagnée du procureur de la République de Boma. Sur le lieu, ce dernier a fait photographier l’endroit et a placé quelques indices tout en priant l’autorité administrative de Lungavasa et Manterne de sécuriser le site.

Curieusement, lorsque la commission et le procureur de la République de Boma sont redescendus sur le terrain le lendemain, poursuit la même source, avant la fouille, ils ont constaté que le site avait changé de configuration.
Apres avoir fouillé le lieu, aucun corps n’a été trouvé dans les fosses, à part des braises sèches et l’odeur nauséabonde. Toujours d’après le président de la commission, l’équipe de la Croix-Rouge qui a creusé les fosses a découvert quelques caches-nez et une membrane humaine confirmée du reste par le Dr Mabiala comme une peau de plante humaine.

Dans ses recommandations, la commission parlementaire a demandé que les autorités politico-administratives de la ville de Boma et Manterne soient suspendues pour besoin d’enquête. Pour avoir refusé de sécuriser le site, ces autorités, rencherit la commission, doivent être traduites en justice par le gouvernement provincial du Bas-Congo.
La commission dit attendre les rapports du procureur de la République de Boma et du médecin légiste pour compléter le dossier. Dossier à suivre.