Yves_LETERME

Le premier ministre Yves Leterme n'avait pas encore eu de contact avec le président congolais Joseph Kabila jeudi midi, près d'une semaine après le déclenchement d'une crise diplomatique entre la Belgique et la République démocratique du Congo (RDC).

Le président Joseph Kabila se trouvait en début de semaine à Bukavu, où les communications téléphoniques sont difficiles. Il est rentré mercredi à Kinshasa, a indiqué Kudura Kasongo, porte-parole du chef de l'Etat. "A ma connaissance, il n'y a pas eu de contact" avec le premier ministre Yves Leterme, a ajouté le porte-parole de M. Kabila, interrogé jeudi peu avant midi.

Au cabinet du premier ministre belge, on se veut discret, laissant entendre que M. Leterme ne s'était pas entretenu à ce stade avec le président congolais et qu'il ne serait pas certain qu'il en communique la teneur si contact il devait y avoir.

Vendredi, la crise belgo-congolaise devrait revenir à l'ordre du jour du Conseil des ministres à Bruxelles mais aussi en RDC. "Le gouvernement se réunit demain dans la province du Bandundu", a indiqué jeudi Kudura Kasongo. Le gouvernement congolais tient régulièrement des réunions décentralisées dans un souci de proximité.

Yves Leterme a dit mercredi son espoir que l'objectif visant à normaliser les relations entre la Belgique et le Congo pourra être atteint dans les plus brefs délais. Le premier ministre belge s'est entretenu mardi avec son homologue congolais Antoine Gizenga.

Une révision de la demande de fermeture des consulats belges à Bukavu et Lubumbashi nécessiterait une nouvelle décision du gouvernement congolais qui ne pourrait être prise sans "changement notable d'attitude" de la Belgique, avait indiqué mardi Marcellin Chishambo, conseiller du président Joseph Kabila.

Yves Leterme a indiqué mercredi que le gouvernement belge "reste sur son point de vue" concernant plusieurs éléments exprimés récemment. Après le rappel pour consultation de son ambassadeur à Bruxelles et la fermeture de son consulat à Anvers, Kinshasa a demandé à la Belgique qu'elle ferme ses représentations diplomatiques à Bukavu et Lubumbashi.

Les autorités congolaises reprochent au ministre belge des Affaires étrangères, Karel De Gucht, le ton "paternaliste" de ses déclarations. Le chef de la diplomatie belge a notamment jugé qu'il revenait à Bruxelles d'user d'un droit moral sur son ancienne colonie.

Source : Le Vif/Belgique