UNlogoLa Mission des Nations unies au Congo (Monuc) renforce le respect des règles de conduite de son personnel tant civil que militaire en recourant aux prestations d'un groupe d'experts.

Après les écarts de conduite de son personnel et soucieux de conserver le respect et la confiance des populations au service desquelles la Monuc agit en RDC, le représentant spécial du secrétaire général de l'Onu au Congo, Alan Doss, a décidé de recourir à l'avis d'un groupe d'experts. Objectif poursuivi : intensifier les efforts de la Monuc pour renforcer le respect des règles de conduite de son personnel ».

Cette décision a été rendue publique, le mercredi 6 août 2008 au cours de la conférence de presse hebdomadaire par le porte-parole intérimaire de la Monuc, Mme Sylvie van den Wildenberg. Pour elle, la décision de M. Alan Doss, vise à « intensifier les efforts de la Monuc pour prévenir tout écart de conduite de la part de son personnel et faire en sorte que tous ceux qui commettent des actes inacceptables en soient tenus responsables ». Et d'ajouter : « Le peuple congolais et la communauté internationale souhaitent que le personnel civil et les soldats de la paix respectent les normes de conduite et de discipline les plus élevées ». Il est question de renforcer le Code de conduite du personnel tant civil que militaire de la Monuc en appliquant la « tolérance zéro », à la suite de nombreux abus et actes répréhensibles posés ces dernières années par le personnel de la Monuc.

Ce groupe d'experts de haut niveau qui comprendra des Congolais ainsi que des membres de la communauté internationale sera mis en place dans les tout prochains jours.

Selon le porte-parole intérimaire de la Monuc, le représentant spécial du secrétaire général de l'Onu en RDC et le Département du maintien de la paix des Nations unies apporteront tout leur soutien à ce groupe d'experts dans l'exécution de son mandat. Des plus amples informations sur ce groupe d'experts, sa composition et son fonctionnement seront communiquées incessamment, a conclu Mme Sylvie van den Wildenberg.

A rappeler que dernièrement, les Casques bleus indiens ont été impliqués dans le trafic d'or et de matières précieuses au Nord-Kivu. La presse a également fait état de la collusion d'un colonel de la même unité avec Laurent Nkunda. Plusieurs scandales et actes répréhensibles ont émaillé la vie du personnel civil et militaire de la Monuc en Ituri et à Kinshasa. La haute hiérarchie de la Monuc avait, en son temps, promis d'ouvrir des enquêtes sur ces faits dont certains n'ont pas eu de suite.