FranceLe nouvel ambassadeur de France en RDC, Pierre Jacquemot, a situé sa rencontre mercredi avec le président du Sénat,

Léon Kengo wa Dondo, dans le cadre d’une série des visites qu’il a entamées auprès de hautes autorités du pays après la présentation de ses lettres de créances, il y a dix jours, au Président Joseph Kabila, indiquant avoir profité de ces deux premières visites pour affirmer sans aucun équivoque le soutien de son pays au gouvernement de la République Démocratique du Congo.

Il a justifié le soutien du fait que le gouvernement légitime de la RDC, selon ses propres termes, doit poursuivre le travail visant la mise en place de la pacification à l’Est sur l’ensemble des sites où il y a actuellement une forte tension, particulièrement au Nord-Kivu.  

« Nous préconisons un cessez-le-feu immédiat », a-t-il indiqué, car la baisse de la tension est indispensable d’abord pour les populations qui sont les premières victimes des hostilités de pilonnages, avant d’appeler au repli sans délai des belligérants sur leurs positions de départ, à savoir d’avant le 28 août. Ce qui permettra à la MONUC (Mission de l’ONU en RDC) de faire son travail de pacification.

Le diplomate français a ajouté que son pays appelle au dialogue entre les différents protagonistes de sorte que la paix puisse durablement s’installer et les différents processus dont celui de Goma être en mesure de résorber cette passe critique.

La Grande Bretagne pour la pacification de l’Est de la RDC

Le président du Sénat, Léon Kengo wa Dondo, s’est entretenu mercredi avec l’ambassadeur de Grande Bretagne en RDC, Nike Kay, des voies et moyens envisagés par ce pays en vue de réussir la pacification de l’Est de la République Démocratique du Congo. L’ambassadeur britannique a indiqué, à l’issue de cette rencontre, qu’il faut préconiser un véritable dialogue politique, y compris les moyens qui le permettent.

Le programme d’assistance britannique pour la refonte du système de sécurité a été évoqué également par les deux parties. M. Kay a redit la position de son pays soutenant le Conseil de sécurité des Nations Unies sur la nécessité d’un cessez-le-feu et de la création de la zone de séparation, notant que la MONUC doit faire son travail et que toutes les parties belligérantes doivent laisser cette organisation onusienne en RDC évoluer dans sa tâche d’interposition et de création des zones de séparation.

Il faut, a-t-il dit, éviter la dynamique militaire et privilégier surtout le dialogue. L’ambassadeur Kay a dit avoir évoqué également avec son interlocuteur la menace que fait peser la LRA au Nord-Est de la RDC constituant ainsi un défi pour la MONUC et la RDC.

Le président du Sénat informé de l’expérience espagnole en matière de décentralisation

Le président du Sénat, Léon Kengo wa Dondo, a évoqué mercredi avec le nouvel ambassadeur d’Espagne en RDC, Félix Costales, l’expérience espagnole en matière de décentralisation qui s’avère moderne et de création récente en Europe. Le diplomate espagnol a montré la disponibilité de son pays à l’égard de la Troisième République au cas où la chose l’intéresserait dans ce domaine précis. Il a fait allusion aux institutions de la République tels que le gouvernement, le Parlement et plus spécialement le Sénat à travers son personnel.