louis_MICHEL Le ministre de la Défense Pieter De Crem a lui affirmé mercredi, lors de l'émission Matin Première de la RTBF-radio, que le gouvernement allait concentrer sa réflexion sur un renforcement de la Mission de l'ONU en République démocratique du Congo (MONUC).

 

Le commissaire européen en charge du Développement et de l'Aide humanitaire Louis Michel a fustigé mardi matin, sur les ondes de Bel RTL, ceux qui préconisent que la paix soit imposée de force en République démocratique du Congo (RDC).

"Ceux qui veulent imposer la paix de force au Congo ne connaissent pas la réalité du terrain. Ce sont des personnes qui n'ont jamais mis un pied au Congo et qui ne savent pas de quoi elles parlent. Engager des soldats avec un mandat militaire reviendrait à sa lancer purement et simplement dans une guerre", a affirmé M. Michel. Il a rappelé que de nombreux groupes armés étaient présents au Congo, "un territoire quasiment aussi grand que celui de l'Europe".

Le commissaire européen préconise la voie diplomatique. "Aujourd'hui, il y a un vrai espace pour des négociations de paix. Moi-même je suis en contact permanent avec différents acteurs, tels que Kigali, le Rwanda, (le rebelle) Nkunda ou encore des conseillers de Kabila", a-t-il souligné.

Il considère également que la Belgique a un rôle à jouer dans le processus de paix, eu égard à son passé en lien avec le Congo. "Il me parait important que la Belgique ne soit pas absente si elle est sollicitée", a-t-il déclaré.

Le ministre des Affaires étrangères Karel De Gucht avait indiqué mardi que la Belgique était prête à fournir des troupes pour une mission de l'UE au Congo, mais qu'elle n'est pas assez forte pour "conduire" elle-même cette mission.

Le ministre de la Défense Pieter De Crem a lui affirmé mercredi, lors de l'émission Matin Première de la RTBF-radio, que le gouvernement allait concentrer sa réflexion sur un renforcement de la Mission de l'ONU en République démocratique du Congo (MONUC).