Photo_fqrdcDes militaires ougandais, congolais et sud-soudanais ont lancé dimanche une offensive conjointe contre les rebelles ougandais de l'Armée de résistance du Seigneur (LRA) dans le Parc national de la Garamba, à l'extrémité nord-est de la République démocratique du Congo. 

"C'est une opération conjointe (...) Nous avons attaqué des bases de la LRA. L'opération a débuté ce matin", a dit à Reuters Paddy Ankunda, porte-parole de l'armée ougandaise.

Les gouvernements de RDC, de l'Ouganda et du Sud-Soudan se sont mis d'accord en juin pour lancer des opérations militaires conjointes contre la LRA si son dirigeant, Joseph Kony, ne signait pas un accord de paix définitif destiné à mettre fin à 22 ans de conflit.

Selon Ankunda, les forces coalisées ont attaqué plusieurs camps de la LRA. Dans un communiqué conjoint, les renseignements militaires des trois pays annoncent avoir "attaqué avec succès et détruit" le principal camp des rebelles.

Une victoire rapide est peu probable, soulignent cependant des experts en faisant remarquer que les rebelles ougandais sont implantés dans cette région de la RDC depuis quelque temps déjà et qu'ils ont l'habitude de la lutte de guérilla contre des forces supérieures en nombre et mieux équipées.

Le commandement de la Mission des Nations unies au Congo (Monuc), principale opération de maintien de la paix dans le monde, a précisé qu'aucune décision n'avait été prise à ce stade concernant le rôle qu'elle entendait jouer.

"Nous sommes en phase de collecte d'informations", a dit à Reuters le colonel Jean-Paul Dietrich, porte-parole militaire de la force onusienne.

Le président ougandais, Yoweri Museveni, avait renouvelé la semaine dernière son appel à Kony pour qu'il signe l'accord de paix. Le chef de la LRA a boudé de nouveau les médiateurs et ne s'est pas présenté pour signer l'accord, élaboré au fil de deux ans de négociations menées au Sud-Soudan.

Kony exige que les inculpations prononcées par la Cour pénale internationale (CPI) contre lui et plusieurs de ses lieutenants soient annulées avant de sortir de ses repaires dans la jungle du nord-est de la RDC.

Des milliers de personnes ont été tuées et deux millions d'autres ont été déplacées en 22 ans de combats entre la LRA et le gouvernement ougandais. Ce conflit a déstabilisé ces dernières années des régions du Sud-Soudan, producteur de pétrole, et de l'est de la RDC, riche en minerais.

"Il est essentiel que les chefs de la LRA, dont Joseph Kony, que réclame la CPI pour des atteintes atroces contre des civils, soient appréhendés et livrés à la justice pour répondre de leurs crimes présumés. Cependant, toute initiative en ce sens doit minimiser le risque encouru par les civils et éviter l'utilisation excessive de la force", a déclaré Elise Keppler, conseillère de l'ONG Human Rights Watch