UNlogoLe chef de la mission de l'ONU en République démocratique du Congo (RDC), Alan Doss, a demandé au chef rebelle congolais Laurent Nkunda de mettre fin aux exactions commises par ses hommes dans l'est du pays qui pourront être "considérées comme des crimes de guerre".

"Les exactions continuent à Kiwanja (80 km au nord de Goma, la capitale provinciale du Nord-Kivu), j'ai demandé à Nkunda de mettre fin à ces exactions", a déclaré mercredi le chef de la Monuc (Mission de l'ONU en RDC) au cours d'une conférence de presse à Kinshasa.

"A Kiwanja, il y a des exactions attribuées au CNDP (Congrès national pour la défense du peuple, dirigé par Nkunda) et des arrestations. Les rebelles du CNDP sont présents dans cette zone et c'est à eux de protéger les civils et d'éviter que des exactions soient commises", a-t-il souligné.

L'ONU avait fait état mardi d'une poursuite des exactions commises par des hommes de l'ex-général tutsi congolais Laurent Nkunda contre des civils - enlèvements, déplacements forcés de population - dans des zones sous contrôle des rebelles dans l'est de la RDC, malgré leurs promesses de "pacification".

D'autres exactions - meurtres, enlèvements, pillages -, selon l'ONU, se sont également produites entre les localités de Kiwanja et Ishasha (120 km au nord de Goma, à la frontière avec l'Ouganda) fin novembre.

Le CNDP avait avancé sur cet axe, à la mi-novembre, avant de s'en retirer début décembre. Des milices pro-gouvernementales ont immédiatement repris position dans la zone où des affrontements sporadiques continuent de se produire.