NkundabatwareTout porte à croire qu’il y a eu une tentative de conjuration dans les rangs des rebelles du Congrès national pour la défense du peuple (CNDP). Bosco Ntaganda, le chef d'état-major général et numéro deux de la rébellion a annoncé, lundi, dans un communiqué, avoir destitué le général Laurent Nkunda. Joints par RFI, les deux porte-parole civil et militaire du mouvement ont démenti cette information. Mais, manifestement, il y a des turbulences au sein du CNDP qui doit tenir une réunion d’urgence ce mardi. En attendant, Bosco Ntaganda reste le chef de l’état-major du mouvement.

Selon nos informations, le général de brigade Bosco Ntaganda a tenu, dimanche dans la journée, une réunion avec plusieurs officiers de haut rang. Il aurait vertement critiqué Laurent Nkunda, accusant le chef rebelle de « mauvais leadership » et de « mauvaise gouvernance ». Joint lundi soir pendant quelques secondes dans son fief, avant que la communication ne se coupe, le général Nkunda semblait décontracté et s'est dit surpris par l'annonce de sa destitution. Le chef du CNDP a indiqué qu'il tiendrait ce mardi une réunion de son état-major.

Le général Bosco Ntaganda, qui se trouverait toujours a son poste dans le Masisi, dispose-t-il du ralliement de plusieurs officiers pour se lancer dans cette opération qui ne semblait pas avoir réussi ? Autre question : pour quelle raison veut-il démettre Nkunda ? Bosco Ntaganda, qui a rejoint le CNDP il y a moins de deux ans, fait l'objet d'un mandat d'arrêt de la Cour pénale internationale. Il était, au début des années 2000, l'adjoint de Thomas Lubanga, chef de guerre de la province de l'Ituri, aujourd’hui incarcéré a la CPI. Bosco Ntaganda, qui passe pour être bon militaire plutôt que tacticien politique, a-t-il été poussé à monter la conjuration et pour quel objectif ? Les heures qui viennent devraient éclaircir cette troublante affaire. Quoiqu'il en soit, c'est la première fois que le CNDP et son chef connaissent de telles dissensions.

Le général de brigade Bosco Ntaganda reste le chef d'état-major du mouvement, comme l’a rappelé, ce mardi après-midi, le lieutenant-colonel Séraphin Mirimbi

Source : Rfi/Paris

. Le Haut commandement militaire du mouvement rebelle, piloté par le général Bosco Ntaganda, déclare avoir limogé Laurent Nkunda de la présidence du CNDP. Il l’accuse de mauvaise gestion du mouvement. Selon le porte-parole du Haut commandement militaire désigné à cet effet, toutes les structures du CNDP restent en place jusqu’à nouvel ordre

Désiré Kamanzi, l'un des responsables de l'aile dissidente, confirme le limogeage : « Le Haut commandement a effectivement limogé le chairman du mouvement, le CNDP. On lui reproche la mauvaise gestion des affaires du mouvement » Limoger Laurent Nkunda maintenant, pour quelle finalité ? A cette question, M. Kamanzi répond : « C’est le Haut commandement militaire qui prend les choses en main, en assure la gestion courante jusqu’à nouvel ordre. On va communiquer les changements qui s’opéreraient probablement dans les jours à venir »

Ce limogeage intervient à un jour avant la relance des négociations de Nairobi avec la partie gouvernementale. A ce sujet, Désiré Kamanzi précise qu’au niveau interne, au sein du mouvement, on a trouvé que les choses ne marchaient pas bien. Et puis, on a jugé bon de le faire, quelles que soient les conséquences qui peuvent survenir par rapport aux démarches qui étaient en cours »

La même source précise que jusqu’à présent, seul le chef du mouvement a été limogé et que le CNDP compte continuer tout le programme en cours. « Quelques modifications pourront s’opérer, pas beaucoup de modifications, les activités, les revendications, les animateurs du mouvement, jusqu’à la preuve du contraire, n’ont pas encore changé, sauf le leader », conclu M. Kamanzi

Source : Okapi/Kinshasa