BelgiqueSelon le cabinet de la Défense, cette présence belge est couverte par une double décision du gouvernement: celle prise le 23 novembre 2007 par le gouvernement Verhofstadt II de prolonger les opérations à l'étranger en cours et celle du 28 novembre dernier de poursuivre les partenariats en cours avec pays d'Afrique centrale - principalement la RDC - mais aussi avec le Bénin.

Plus de 130 militaires belges vont s'envoler vendredi soir à destination de la République démocratique du Congo (RDC) pour poursuivre la formation d'unités de l'armée congolaise, a-t-on appris jeudi de sources militaires.

Ces 134 hommes et femmes gagneront, via Kinshasa, Kananga, le chef-lieu de la province du Kasaï occidental (centre de la RDC), où ils vont reprendre deux types de formation (de génie et commando) dispensée des militaires des Forces armées de la RDC (FARDC), l'armée gouvernementale, pour une durée de deux mois et de quatre mois respectivement.

La plupart d'entre eux retournent à Kananga après avoir passé les fêtes de fin d'année en famille. Mais les effectifs ont été renforcés pour terminer d'ici fin avril la formation d'un bataillon commando de la future force de réaction rapide de l'armée congolaise, fort de 600 hommes, a indiqué le commandant de détachement, le colonel Pascal Laureys, à l'agence BELGA.

Ces cours se donnent en vertu d'un accord signé le 17 avril dernier par le ministre belge de la Défense, Pieter De Crem, et son homologue congolais, Ghislain Chikez Diemu, entre-temps remplacé. Le second groupe est constitué d'instructeurs formant des militaires des FARDC, aux différents métiers du génie (contremaîtres, électriciens, soudeurs, menuisiers, plombiers et maçons), une instruction dispensée à Kananga depuis septembre 2007, avec des interruptions. Durant les fêtes, une arrière-garde d'une quinzaine de personnes est restée sur place pour veiller sur le cantonnement belge, a rappelé un porte-parole militaire.

Cette mission est considérée comme une activité d'"entraînement" - et non comme une "opération", avec un statut pécuniaire plus intéressant. Selon le cabinet de la Défense, cette présence belge est couverte par une double décision du gouvernement: celle prise le 23 novembre 2007 par le gouvernement Verhofstadt II de prolonger les opérations à l'étranger en cours et celle du 28 novembre dernier de poursuivre les partenariats en cours avec pays d'Afrique centrale - principalement la RDC - mais aussi avec le Bénin

Source : la libre Belgique/Bruxelles