2271583373_1               Cet après-midi, Honoré Ngbanda et les siens, se sont illustrés dans une pratique dans laquelle ils sont passés maîtres : la désinformation et l’intoxication à outrance. La diaspora qui constitue son cœur de cible, vient de réaliser les véritables desseins de Ngbanda et de son laboratoire (Apareco), véritable machine à scénariser l’histoire et le destin de la République démocratique du Congo.

C’est avec une délectation certaine et une jubilation non dissimulée que Ngbanda et les siens, ont annoncé le décès du vaillant général Mbuza Mabe, dans un centre hospitalier sud-africain. Adeptes de la théorie du complot permanent (dont il détient l’expertise), Ngbanda a été jusqu’à annoncé que ce décès est intervenu « le mercredi 08 avril 09 dans la soirée » (la veille de la mise en ligne de son scoop), probablement, une stratégie délibérée des autorités de Kinshasa, qui doivent redouter débordements et insurrection que l’Apareco utilise comme mode d’expression politique.

« Décider de la vie ou de la mort de ses compatriotes », comme lorsqu’il était à la tête des services, Ngbanda a estimé que le vaillant Mbuza Mabe ne devait plus vivre. C’est ainsi qu’il a décidé de sonner le tocsin avant l’heure, pour le général malade.

Multi compétent, outre son expertise jamais contestée dans l’art de la torture, nous découvrons un Ngbanda médecin, lorsqu’il pose un diagnostic définitif, sur le mal qui a emporté le général Mbuza : "l’empoisonnement".

« kosana ko kufa, po oyeba ba nani ba lingaka yo » ou encore, « bayebaka moninga ya solo na tango ya pasi »……………

Charognard par l’odeur de la mort attiré, Ngbanda dont les pratiques sont à présent connues, conçoit et élabore des scénarios, dans le seul but de s’auto-consacrer : « pour rappel, ce vaste complot est dévoilé dans l’ouvrage de référence intitulé « Crimes organisés en Afrique centrale » de et par Honoré Ngbanda……………….

Non, le général Mbuza Mabe n’est pas mort, oui, le général est très malade. Sans doute, Mbuza Mabe livre en ce moment la mère de bataille, loin de la mère patrie. Oui c’est aberrant que la République démocratique du Congo ne soit pas pourvue d’une infrastructure hospitalière capable de dispenser les soins appropriés et de qualité. Non ce n’est pas normal, que le chef de l’Etat mobilise ses propres deniers ou encore que le trésor public congolais, décaisse en urgence, des sommes folles pour financer les soins à l‘étranger de certains. La République démocratique du Congo a l’avantage de compter parmi ses enfants, des médecins compétents et confirmés. Pour preuve, l’Afrique du sud qui s’impose aujourd’hui comme l’Eldorado médical, l’on y rencontre énormément des médecins Rd-congolais qui y officient. Et si l’on offrait des meilleures conditions à nos médecins ? et si la République démocratique du Congo faisait le pari de moderniser ses installations hospitalières ?

Ce que Mobutu et Ngbanda n’ont pas su construire en 32 ans de règne, Kabila se doit de le corriger, pour l’ensemble des enfants du Congo.

                     Un charognard nommé Honoré, un fossoyeur désigné : Ngbanda

By kongolais@gmail.com