DiamantsLe Président administrateur délégué de la Miba (Minière de Bakwanga) a été suspendu depuis ce week-end. Selon les sources du ministère du Portefeuille, la remise et reprise avec sa remplaçante, Christine Tusse, l’administrateur délégué adjoint, doit avoir lieu ce lundi. Difficile à l'instant de savoir ce qu'on reproche exactement à Paul Kabongo Fwila. Mais ce que l'on sait, ce que le climat entre la ministre du Portefeuille et le PAD de la Miba s'est fortement crispé cette année

Faisant le bilan des entreprises de l’Etat en janvier dernier, Jeannine Mabunda ne ménage pas Paul Kabongo Fuila. La ministre juge inacceptable que le gestionnaire de la Miba se donne 33 000 dollars comme salaire mensuel. Deuxième reproche : qui vole à la Miba ? C’est aux gestionnaires de répondre, déclare la ministre. Et le lendemain, le PAD de la Miba passe à l’offensive. « Mon salaire n’est pas de 33 000 dollars, il est fixé par les actionnaires. Et les gens qui volent à la Miba, c’est à la justice de s’en charger », déclare Paul Kabongo. Deux bombes, deux réponses, trêve d’hostilités. Mais l’on ne sait pas qui des deux a raison. La suspension actuelle est-elle la raison du plus fort eu c’est la mauvaise gestion qui constitue la faute majeure ? Pas de réponse. Les téléphones ne conduisent qu’au répondeur.

Au ministère des Mines, l’autre ministère de tutelle, on déclare que la situation actuelle de la Miba mérite un changement à la tête de cette entreprise. Reste maintenant de savoir si le changement de chauffeur s’accompagnera du changement de véhicule.

Christine Tusse : « Je compte sur le soutien de tout le personnel »
L’ancienne Administrateur délégué général adjoint a été désignée pour assumer les charges du Président délégué général ad intérim par la ministre du Portefeuille. C’est pour la première fois qu’une femme prend les commandes de la société minière de Bakwanga depuis sa création. Comment va-t-elle s’y prendre pour relever le défi en ce moment où toutes les machines de la Miba sont presque à l’arrêt et le personnel impayé depuis plus de 20 mois ?
Mme Christine Tusse répond : « Les priorités donc, il va falloir d’abord élaborer un plan de crise, il va falloir réduire les charges en fonction des revenus qu’on pourra mobiliser. Nous avons également comme priorité de faire aboutir le dossier de certification des réserves de l’entreprise. Nous avons encore comme priorité de rechercher des partenaires dans le cadre de la filialisation des activités qui n’entrent pas en ligne directe de l’objet social de l’entreprise

Par ailleurs, Mme Tusse déclare qu’elle compte sur l’appui de tout le personnel de la Miba, particulièrement les femmes parce que c’est le mandat des femmes, avec les partenaires hommes afin que le défi de redressement de l’entreprise soit relevé.

Source : okapi/kinshasa