Assembl_e_nationaleL’heure n’est plus aux tergiversations. Les Députés de l’Opposition l’ont compris ainsi. L’un d’eux, en la personne de Clément Kanku Bukasa aurait choisi ce temps de suspense, pour se décharger. Il profite de l’échange épistolaire des lettres entre la Primature et la Présidence de la République, en rapport avec la gestion des finances publiques, pour parler d’un malaise profond, au sommet. Il recherche des signatures en vue de faire passer sa motion de défiance à l’Assemblée Nationale contre Adolphe Muzito. Le mercredi, il en avait déjà plus d’une centaine. Hier, la liste continuait à circuler. Le but est, semble-t-il, de convaincre le plus grand nombre de Députés sur la pertinence de ses griefs parmi lesquels, il reproche particulièrement au Premier Ministre, le manque de maîtrise du cadre macro-économique, la recrudescence des actes de violence à l’Est, la grogne sociale en perspective dictée par les dérapages monétaires et la flambée subséquente des prix des biens et services sur le marché. Il veut avoir, enfin, un minimum de lumière sur l’exécution des cinq chantiers de la République. La question de contrats chinois n’en est pas moins posée, dans cette motion. Si tout va bien, c’est à la plénière de ce vendredi que la quintessence de la motion de défiance de Clément Kanku Bukasa sera portée à la connaissance de Députés. Le Bureau de la chambre basse aurait été déjà mis au parfum de son contenu. Déjà, cette motion qui, à la fois, interpelle et appelle les Députés à la défiance serait à la recherche d’une conjonction des faits, pour s’incruster dans les consciences des élus du peuple. Le but recherché est, semble-t-il, de tout faire pour emporter l’adhésion du plus grand nombre de Députés, dans une espèce d’un ouf de soulagement, contre un Premier Ministre qui aurait péché, à son avis, par un minimum d’excès de zèle dans la sélection de ses collaborateurs. Le Député Clément Kanku qui n’en est pas à son premier coup, est un tribun qui a démontré, plus d’une fois, ses talents contre des ministres du gouvernement. Dans cette motion, il évoque tous les aspects de la vie nationale. La sécurité, l’économie, le social, l’impunité et les perspectives de la reconstruction avec toutes les sueurs froides qu’inspirent les contrats chinois au Fonds Monétaire International et à la Banque Mondiale. Concrètement, Clément veut être fixé sur une série des choses. C’est au Premier Ministre de se défendre, à haute et intelligible voix. Tant qu’il aura été le seul à manipuler la chaîne de la dépense, Kanku le tient pour responsable de derniers dérapages qu’a connus le Franc Congolais face au dollar américain. La motion reste, en tout état de cause, l’une des issues susceptibles d’être exploitées, par les Députés, pour s’exprimer, il va de soi que Muzito s’y prépare. Il devra répondre, le moment venu, pour éclairer la religion de ce Député, apparemment, exaspéré contre la façon dont le pays est géré

Source : la Prospérité/Kinshasa