Un malentendu appose la Générale des carrières et des mines, GCM, à la Société nationale de chemin de fer du Congo, SNCC, deux sociétés d'Etat dont les sièges se trouvent au Katanga. Au centre de ce tiraillement, la mise en circulation des locomotives acquises il y a près de 4 mois par la GCM pour le transport de ses minerais


La GCM a déjà recruté des agents qui sont en formation pour manipuler les locomotives. Elle voudrait les mettre en marche en utilisant la voie ferrée de la SNCC. C’est ce que confirme le directeur des ressources humaines de la GCM, Urbain Mayaya: «Il faut savoir que nous avons acheté, dans le cadre de l’essor de l’entreprise - avec le concours et l’assistance technique ainsi que la participation aux négociations de la SNCC – 4 locomotives. Et à ce sujet justement, la direction technique avait demandé qu’on procède à des engagements du personnel devant être formés pour conduire ces engins. Les besoins en formation, c’est au-delà de 20 personnes expérimentées. A ce jour, nous en avons déjà recruté 19, dont 6 qui nous viennent de la SNCC. Je vous informe que toutes ces personnes, y compris les 6 ex-agents de la SNCC, sont en train d’être formées par la SNCC. Parce que, au niveau le plus élevé de nos deux entreprises, nous comprenons ce mouvement-là.»   

Mais, pour la SNCC, il faut des préalables. Les nouvelles locomotives de la GCM ne pourront fonctionner qu'après la signature d'une convention d'utilisation des locomotives sur la voie générale par les deux parties. Le directeur d'exploitation de la SNCC, Marc Manyanga, précise que même si la GCM organise une formation cela ne suffit pas. Il insiste sur le concours actif de sa société dans ce programme: «Nous le regrettons ! Ce que nous avons dit avant, c’est ce qui se fait maintenant. Fallait-il attendre ces incidents pour que ça se fasse? Nous avons dit qu’il n’y avait pas encore de conducteurs brevetés. Il n’y avait que les conducteurs de la SNCC qui étaient aptes à conduire sur la voie générale. Une convention de l’utilisation (NDLR : de 4 locomotives de la GCM) est en cours d’élaboration. Nous venons d’en recevoir le projet sur lequel nous sommes en train de faire certaines observations. Je crois que dans les meilleurs délais, nous allons finaliser ce projet ensemble avec la GCM », a déclaré M. Manyanga.

A propos de la bagarre qui a opposé dernièrement à Likasi les agents de la SNCC à une délégation de la GCM, Marc Manyanga explique: «Ce qui s’est passé au plus bas niveau de nos deux entreprises ne va pas affecter, pensons-nous, nos relations que nous espérons heureuses pour l’instant et pour l’avenir. La confusion qui s’est créée au niveau de Likasi était due tout simplement au fait que les délégations qui y sont arrivées pour faire des essais n’ont pas contacté préalablement le directeur de région Sud

Source : Okapi