Comme annoncé, la Secrétaire d'Etat américaine, Hillary Clinton est arrivée hier à Kinshasa pour une visite de 48 heures en Rdc.
Ce mardi, le chef de la diplomatie américaine est attendu à Goma chef-lieu de la province du Nord-Kivu où elle aura des entretiens avec le Chef de l'Etat Joseph Kabila Kabange. En dehors de cette audience, l'épouse de l'ancien Président américain échangera avec une délégation des femmes victimes des violences sexuelles à l'Est du pays.
A cet effet, il nous revient qu'un mémorandum élaboré par ces femmes est déjà fin prêt et n'attend que l'arrivée d'Hillary Clinton à Goma.
Dans cet ordre d'idées, il faut dire que la représentante de ces femmes en séjour, dans la capitale a exprimé sa satisfaction pour l'intérêt que la Secrétaire d'Etat américaine attache au calvaire des femmes congolaises. Et d'indiquer que c'est une voix de plus qui s'ajoute à celles des congolaises pour dire : « plus jamais ça ».

 

 

 

Rencontre avec les étudiants de Kinshasa
      

 

Dès son arrivée hier dans la capitale Hillary Clinton a déployé une intense activité. Elle a visité entre autres l'hôpital Biamba Mutombo sur le Boulevard Lumumba, avant de se rendre au Collège Sainte Anne dans la commune de la Gombe.
A cette étape, elle a eu des entretiens avec 140 étudiants des diverses institutions universitaires que compte la ville province de Kinshasa. Faut-il ici préciser que la Secrétaire d'Etat, dans une identité des vues et des opinions avec le Président Obama a laissé entendre : « Le développement du Congo-Kinshasa ne peut venir que des Congolais eux-mêmes ». Rappelant ainsi la position du Président des Etats-Unis d'Amérique, c'était le lieu pour elle de mettre un accent particulier sur l'avenir des Congolais qui est dans leurs propres mains.
Au chapitre du partenariat entre les Etats-Unis et la Rdc, elle a dit que son pays est disposé à collaborer avec la Rdc et ce, dans plusieurs domaines. Pour Hillary Clinton, le Congo est un pays potentiellement riche, mais dont la population fait face à plusieurs difficultés. Raison pour laquelle, elle a eu les mots qu'il faut, pour appeler les autorités congolaises à la bonne gouvernance.
        Le Président Obama et  Hillary Clinton sont prêts à faire quelque chose pour le développement de la Rdc.
   
      

 

Sauf que le changement ne sera pas ressenti tout de suite, dans la mesure où le mal, qui remonte à plusieurs années, est si profond, a-t-elle dit.
D'où, ce ne serait que se bercer d'illusions si l'on attend le changement, bras croisés. Lorsque, par exemple, un étudiant demande à la secrétaire d'Etat américaine si elle est en RDC par pitié. Hillary Clinton avec beaucoup de sérieux lui répond que la RDC était arrivée à un moment assez décisif de son histoire. Que c'était aux congolais de faire de bons choix et que les États-unis, comme partenaire, sont surtout intéressés de participer à construire l'espoir en RDC et d'écrire cette nouvelle page d'histoire avec le peuple congolais. La secrétaire d'Etat américaine qui a plusieurs fois rappelé que l'avenir de l'Afrique était entre les mains des africains eux-mêmes a également invité la RDC à suivre l'exemple des pays riches en minerais se sont développés.

 

Hillary Clinton a, au total, répondu à une dizaine de questions posées par les étudiants congolais et pendant environ une heure d'entretien sur des thèmes majoritairement politiques. Aux étudiants présents à cette rencontre, Hillary Clinton leur a demandé de garder espoir et d'agir par des suggestions et des idées.

 

 

 

Intense activité au GHK
       

 

Mais, c'est surtout au Salon Congo du Grand Hôtel Kinshasa où elle avait établi son Quartier général que la patronne de la diplomatie américaine a déployé une intense activité.
        Dans l'après-midi d'hier, en  effet, elle y a reçu des officiels congolais dont le Premier ministre, Adolphe  Muzito.

 

Source : le Palmarès/Kinshasa