L’aile Righini dirigée par Beltchika déclare ne pas reconnaître l’authenticité de la voix d’ Etienne Tshisekedi et parle d’un montage de l’interview réalisée par Radio Okapi, tandis qu’à Limete on affirme que c’est bel et bien leur chef de parti qui a parlé.

« La voix entendue sur Radio okapi, attribuée au président national du parti politique Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS), n'est pas celle de M. Etienne Tshisekedi. Le message diffusé n'a aucune garantie d'authenticité. Les questions abordées ne sont pas celles qui peuvent préoccuper le président national dans le contexte actuel du pays, où par exemple, la tenue des élections est remise en cause par le projet de révision de la Constitution ».

C'est en ces termes que le Conseil national de l'Udps/Righini conteste l'authenticité de l'interview de M. Etienne Tshisekedi, accordée lundi le 28 septembre à Radio okapi et relayée par certains tabloïds paraissant à Kinshasa. Dans un document qu'ils ont conjointement signé mardi, MM. François-Xavier Beltchika Kalubye, Raymond A. Mukoka Muena Kavula et Zéphyrin Diayikwa Kimpakala, tous trois membres du bureau du Conseil national de l'Udps issu du Congrès du 15 avril 2009, déclarent qu'il s'agit d'un montage. L'Udps Righini attribue ces propos à d'autres membres du parti, considérés comme faisant partie d'un « groupuscule » opposé aux résolutions du Congrès. « On n'en est pas à la première cabale avec le même groupuscule », déclarent Beltchika et les deux autres co-auteurs du document parvenu mardi aux bureaux de Forum des As.

Se référant aux textes statutaires de leur parti politique, l'Udps/Righini soutient que son président national ne peut valablement décider que s'il est pleinement informé de la marche du parti. Dans une déduction à peine voilée, l'Udps/Righini pense que M. Etienne Tshisekedi, qui s'est absenté du pays pendant plusieurs mois, perd quelque peu cette prérogative « parce que complètement coupé et du public et des organes du parti ». Ces propos ne peuvent être interprétés autrement qu'une manière de l'Udps/Righini de bouder Etienne Tshisekedi.

La réplique de Mutanda

L'affaire relance désormais un débat contradictoire au sein de l'Udps. Joint mardi au téléphone, M. Alexis Mutanda, Secrétaire général de l'Udps/Limete s'est abstenu de tout commentaire. Néanmoins, M. Mutanda, sur un ton rassuré, a précisé qu'en rapport avec l'interview de M. Etienne Tshisekedi, « l'Udps donnera son point de vue au cours d'une conférence de presse que le Secrétariat général du parti organise ce mercredi, en début d'après-midi, à son siège situé sur l'avenue Zinnias à Limete ».

A priori, la déclaration du groupe de Righini offrira de la matière aux organisateurs de cette conférence de presse. D'emblée, bien des observateurs avertis ont vite conclu qu'à travers son interview, M. Etienne Tshisekedi a choisi son camp. L'essentiel de ses propos ayant principalement porté sur les activités du parti, Etienne Tshisekedi a annoncé la tenue d'un Congrès de l'Udps. Mais aucune précision de date n'a été donnée.

Ceux des Congolais qui suivent encore la situation politique au sein de l'Udps, savent que cette prise de position a longtemps été celle de l'aile de l'Udps/Limete. Une manière pour elle de contester les résolutions du Congrès du 14 avril organisé par l'Udps/Righini. Voilà qui a emmené certains observateurs à déduire qu'en annonçant la tenue imminente d'un congrès du parti, « Etienne Tshisekedi ignorait le congrès organisé sous le comité Beltchika ».

Me Joseph Mukendi : c'est un non-évenement

Une autre réaction est celle de Me Joseph Mukendi. Interrogé mardi au téléphone, cet ancien conseiller politique de M. Etienne Tshisekedi est resté lucide. Selon lui, le congrès auquel M. Etienne Tshisekedi fait allusion est un premier congrès extraordinaire de l'Udps. En conséquence, « de telles assise sont un non-événement dans la vie du parti ».

Me Joseph Mukendi souligne que ce Congrès, une fois organisé, offrira à l'Udps l'occasion de désigner ses candidats aux futures élections urbaines, législatives et présidentielles. Quoiqu'il en soit, « cette rencontre permettra aussi à notre parti politique de corriger certaines erreurs. Ce qui est important, c'est le fait que le président national du parti, M. Etienne Tshisekedi, ait émis le vœu de mettre tout le monde d'accord. Cela s'entend, nous devons à tout prix, combattre les forces centrifuges au sein de notre parti politique ». A tout prendre, l'opinion pense qu'à l'heure où elle s'ouvre au processus électoral, l'Udps ferait œuvre utile à sceller sa cohésion interne.

Uni, ce principal parti politique de l'opposition au régime du président Mobutu pourrait réaliser ses rêves de conquérir le pouvoir. Bien entendu, sans se passer du jeu des alliances sans lequel les calculs deviennent difficiles. Divisée, l'Udps devient moins forte qu'avant. Et par conséquent, elle pourrait réaliser de tristes résultats lors de prochaines élections. La triste expérience du passé devra inspirer le parti cher à Etienne Tshisekedi.

source : forum des as