prisonIncarcéré depuis plusieurs mois à la Prison centrale de Makala (C.P.R.K.), Mike Kasenga Mulenga, P.D.G. de la société « Stever Construct » (du Groupe Mike Promotion) est malade. Très malade même. A tel point qu'il a été transféré dans une grande formation médicale de la place où il est hospitalisé. Il est poursuivi dans un contrat signé avec l'Hôtel de ville de Kinshasa pour la réhabilitation d'un tronçon de l'Avenue Gambela dans la commune de Kasa-Vubu. Dans un premier temps, il lui a été reproché le détournement des fonds publics. Cet argument pour lequel il a été humilié, arrêté au Beach Ngobila - de retour de Brazzaville où il était invité à la prestation de serment du Président Sassou et menotte publiquement devant les caméras de télévisions, n'a pas su tenir la route. Ses avocats ont vite montré que leur client n'était pas un gestionnaire de fonds public. Malgré cela, il va rester en prison et l'accusation sera requalifiée en « Abus de confiance ». Cet argument s'est aussi révélé inapproprié parce qu'il n'y a jamais eu d'abus de confiance entre l'Hôtel de Ville et lui. D'ailleurs le contrat signé exige que tout litige soit réglé à l'amiable et que tout retard dans la livraison de l'ouvrage soit sanctionné par des pénalités financières. Jusqu'à présent l'Hôtel de Ville ne s'est jamais plaint parce que ses experts sur terrain (OVD et BTC) ne trouvent aucune infraction pénale dans le chef de « Stever Construct »

Dans une récente correspondance adressé par l'Office des Voiries et Drainage au Gouverneur de la Ville de Kinshasa, en date du 16 octobre 2009, il est clairement noté que « Stever Construct » a préfinancé une grande partie des travaux (97% d'exécution financière, tandis que l'exécution physique est de 70%). Comme gestionnaire attitré du réseau de voiries et maître d'oeuvre, l'Office de Voiries et Drainage demande qu'on paie la différence de 1.071.845,23USD que la Ville doit débourser encore, pour permettre à l'entreprise précitée d'achever les travaux. Par ailleurs, dans le cadre des plusieurs travaux préfinancés et exécutés par cette entreprise aussi bien dans la capitale qu'à l'arrière pays, le gouvernement congolais lui doit environ 26 millions USD. La question que tout le monde se pose : « Peut-on arrêter quelqu'un à qui ont doit beaucoup d'argent ?» C'est contre cette injustice que les Notables de l'Asbl « Grand Kasaï Fondation » (GKF) s'insurgent.

En effet, à l'issue d'une rencontre à la résidence du grand Chef MWA-NANGANA KALAMBA WANFWANA à Macampagne, le 25 octobre 2009, les Notables du Grand Kasaï se sont insurgés contre le traitement inhumain et dégradant infligé à leur digne fils et notable du Grand Kasaï. Tout en adhérant à la politique du Chef de l'Etat sur la moralisation de la vie politique dans notre pays, ils espèrent ardemment que toutes les règles de l'art seront respectées pour une procédure judiciaire juste et équitable. En outre, ils notent, non sans peine, que plus de 70% des fonctionnaires et magistrats frappés par les dernières mesures de mise en retraite et révocation sont des ressortissants du Grand Kasaï. Ils plaident pour le respect de l'équilibre et demandent aux institutions compétentes de la République d'en tenir compte.

source : le Phare/Kinshasa