RegidesoLa  direction provinciale  de la RÉGIDESO pour l’Equateur  s’emploie actuellement à d’importantes réformes de ses services installés à Mbandaka. L’ONG néerlandaise SNV (organisation néerlandaise de développement), en partenariat avec la REGIDESO, construira 125 bornes fontaines dans la ville et ses environs.

  Les sites, qui abriteront ces bornes fontaines, restent encore à déterminer. En prélude de l’installation de ces bornes fontaines, l’ONG a projeté d’organiser un atelier de formation de 7 jours en faveur des cadres de la RÉGIDESO. Cet atelier portera essentiellement sur les techniques managériales pour la bonne gestion de cette entreprise. Pour l’ONG néerlandaise et la REGIDESO, le redressement de cette entreprise dépend dans une certaine mesure de la société civile.  

  Cette dernière est appelée à sensibiliser les consommateurs à l’utilisation rationnelle de l’eau et à la nécessité de s’acquitter de leurs obligations vis-à-vis de la REGIDESO en payant leurs factures. C’est dans ce contexte que la société civile a été associée à cette démarche.  

  L'Usine de traitement d'eau de la REGIDESO/Mbandaka est vieille d'environ 30 ans, rappelle-t-on, soulignant que le manque d'entretien et d'approvisionnement est à la base de sérieux problèmes d'exploitation que connaît l'entreprise. La RÉGIDESO n’est pas régulièrement alimentée en énergie électrique. La société dessert la population en eau à peine quelques heures par semaine.  

  Par ailleurs, Prospère Bonkiki, directeur intérimaire de la RÉGIDESO/Equateur, affirme que les agents sont impayés depuis plus de 40 mois. Ce qui  démotive considérablement le personnel.  « Il faut donc reformer la REGIDESO, lui donner un autre élan et une nouvelle vision pour son épanouissement », estime le directeur intérimaire de la REGIDESO. Des efforts sont actuellement fournis pour relever cette société.